Tags

No tags :(

Partagez

C’est dans le sud de la France que Fanny Paoli conçoit, crée et imagine des bijoux 100% made in France. Dans le respect des traditions de la bijouterie, elle fabrique pour vous des bijoux adaptés à toutes vos envies. Aucun moulage rien que du travail traditionnel, c’est avec passion qu’elle va nous présenter ses créations. 

13
 

Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ? image

Je m’appelle Fanny Paoli, j’ai 27 ans et je suis la créatrice de la marque de bijoux en métaux précieux, « The Toad Studio». Bijoutière de formation, je travaille dans mon atelier de fabrication basé sur la commune du Castellet dans le Var (83). Formée selon les savoirs-faire traditionnels de la bijouterie, j’apporte à chacune de mes pièces une démarche personnelle et contemporaine. Installée en tant qu’artisan depuis octobre 2015, j’imagine, dessine, conçois et fabrique chaque modèle entièrement à la main, sans moulage, à la cheville de mon établi.

Comment vous est venue la passion pour la Bijouterie ? tts3-12 L’envie de me lancer dans le monde de la Bijouterie est apparue assez tardivement chez moi. Depuis mon plus jeune âge j’évolue dans une famille d’artistes. Mon père, sculpteur, m’a donné goût à la création et j’ai toujours aimé travailler de mes 10 doigts. Cependant, j’ai suivi un parcours scolaire et universitaire classique. Après l’obtention d’un Master 2 Enseignement et Formation de l’Anglais et quelques péripéties personnelles, j’ai décidé de me tourner vers la Bijouterie en préparant les concours d’entrée en CAP Art et Techniques de la Joaillerie-option Bijouterie, diplôme que j’ai obtenu en juin 2015 après la formation dispensée au Lycée Professionnel Amblard de Valence dans la Drôme (26). Aujourd’hui, je peux dire que je suis très heureuse d’avoir fait ce choix professionnel.

Quels sont les matériaux que vous utilisez ? tts4-31 Je réalise mes créations principalement en argent. Cependant, il m’arrive de travailler des métaux plus précieux comme l’or ou le platine, à la demande du client, pour la réalisation d’alliances par exemple.

Comment puisez-vous votre inspiration ? paysage Généralement et assez bizarrement, l’inspiration pour mes bijoux me vient la nuit au moment de m’endormir. Je n’ai pas pour habitude de dessiner ce que j’imagine alors j’essaie de me souvenir et je fais des essais le lendemain, à l’atelier, directement dans le métal. J’aime travailler à l’instinct, essayer, me tromper et recommencer ; et souvent l’idée que j’avais au départ n’est plus réellement visible dans le bijou fini. La plupart du temps même, je laisse mûrir les idées plusieurs jours voire plusieurs semaines avant de me décider à les réaliser, pour être sûre d’avoir toujours envie qu’elles existent et quelles deviennent des éléments permanents d’une collection. De manière plus générale, je pense refléter dans mes bijoux des fragments de ce que je vois la journée, des détails d’architecture, des empreintes de nature, des motifs de la vie de tous les jours.

Selon vous, qu’est-ce que le « sur mesure » ? tts3-27 En quelques mots, selon moi, le sur mesure c’est la réalisation d’un bijou unique, un partage, une pièce de qualité, le contact direct avec le client, des heures de travail, d’étude et de réflexion. C’est la peur d’échouer et la joie de réussir. C’est parvenir à faire plaisir au client en créant un bijou personnel, bijou qui devient pour lui un symbole, le petit lien précieux vers son identité.

Présentez-nous une de vos collections. 19

« Perfect Imperfections »

Il s’agit de ma première collection, entièrement réalisée en argent 925. On y retrouve principalement des bagues et des colliers, même si quelques bracelets et boucles d’oreilles sont présents.

Le design des pièces est assez simple, minimaliste même. Le vrai travail pour moi se joue sur la texture et sur les finitions. Au décès de mon grand-père qui était tourneur-fraiseur-ajusteur dans l’industrie automobile, j’ai récupéré quelques-uns de ses outils que j’utilise maintenant tous les jours et qui me permettent de réaliser certains motifs sur mes bijoux. Pour moi c’est l’outil d’abord et le bijou ensuite. Ce que j’aime c’est le côté brut du travail du métal, le côté imparfait, tous les petits ratés, les traces de feu (que je laisse souvent volontairement) qui donnent du caractère au bijou, qui sont la preuve d’un travail manuel. C’est de là que m’est venu le terme « Perfect imperfections ».

Ce sont les imperfections qui font la beauté du bijou, il est parfait justement parce qu’il ne l’est pas.

Quelle est votre création préférée ? Pourquoi ? ab Je dirais que ma pièce préférée de la collection est le collier « Alba ». Je n’ai pas pour habitude de porter des bijoux, ce qui peut sembler curieux ; cependant je trouve que ce collier est un vrai caméléon, sa forme en fait un bijou qui se porte facilement tous les jours en apportant, à la fois, une touche raffinée et extrêmement féminine. Il est sobre, et géométriquement élégant. Ce qui me plaît surtout c’est ce qu’il symbolise pour moi. « Alba » c’est le nom gaélique de l’Ecosse. C’est un pays que j’adore et où j’ai eu la chance de voyager à plusieurs reprises, un endroit magique. C’est lors de mon dernier voyage sur The Isle of Skye que m’est venue l’idée de ce collier. Globalement, la plupart de mes bijoux a une petite histoire !